histoire

Par sa position géographique sur la route des Indes, l’île de la Réunion aurait pu être une escale fréquentée par les 1ers navigateurs. Étant placée à l’écart du canal du Mozambique, route habituelle des Portugais vers les Indes, elle fut cependant découverte plus par un hasard de navigation que par une volonté délibérée. S’il est certain que les Arabes connaissent l’île avant le XVIe, la découverte officielle doit en être attribuée aux Portugais qui mentionnèrent l’île en 1517, sous le nom de Santa Apolonia. Bien que les historiens ne soient pas d’accord sur les dates et les noms des découvreurs, il semblerait qu’en 1520, Pero Mascarenhas reconnaissant un archipel à l’est de Madagascar, l’appela Mascareignes. Ce nom restera longtemps la dénomination collective de l’archipel comprenant Maurice, Réunion et Rodrigue.

Pendant plus d’un siècle l’île demeure inhabitée. Les Hollandais, les Portugais, les Anglais la visitent, mais personne ne s’y installe. Ce sont les Français qui les 1ers s’y intéressent en 1642, lorsque Richelieu, qui vient de créer la Compagnie Française d’Orient, fait concession à celle-ci, pour 10 ans, de l’île appelée à l’époque Mascarin. Jacques Pronis, gouverneur de la colonie française de Fort Dauphin à Madagascar, s’y rend à bord du Saint-Louis pour en prendre possession. Puis, en 1646, Pronis, à la suite d’une révolte de colons à Fort Dauphin, y exile 12 mutins qui s’établissent au nord-est de l’île, sur les bords de la rivière Saint-Jean.

En 1649, Pronis est remplacé par Flacourt. Celui-ci envoyé par la Compagnie pour mettre de l’ordre à Fort Dauphin, fait revenir les 12 mutins et procède quelques mois plus tard à nouvelle prise de possession de l’île nomme Bourbon. En 1654, ayant à faire face à une autre révolte à Fort Dauphin, Flacourt transforme de nouveau l’île de Bourbon, en terre d’exil : 13 Français et 6 Malgaches s’installent dans la région de Saint-Paul et entreprennent des cultures. Mais, malheureusement, les cyclones de 1657 et 1658 ravagent toutes les plantations et décident les exilés à s’embarquer à la 1re occasion à bord d’un navire flibustier.

L’occupation définitive de l’île commence quelques années plus tard, avec l’arrivée, en 1663, d’un certain Louis Payen accompagné d’un autre Français et de 7 Malgaches.

Colbert en créant l’année suivante la Compagnie des Indes Orientales, marque le début du peuplement et de la colonisation de Bourbon.

En 1665, la Compagnie envoie sur l’île une 20aine de colons avec à leur tête Étienne Regnault, puis en 1667, Bourbon hérite des rescapés d’une grande expédition destinée à peupler Madagascar et enfin, l’échec de la colonisation de la Grande Île conduit en 1671 et en 1674, les colons de Fort Dauphin à se réfugier à Bourbon.

À compter de cette date, la Compagnie se désintéresse de l’île Bourbon qui connaîtra exactions, difficultés administratives et successions de gouverneurs.

Puis 1715, la Compagnie des Indes change de politique et décide une remise en valeur de l’île, telle qu’en 1723 Bourbon devient le principal fournisseur de café du royaume.

À partir de 1721, des forbans de Madagascar amnistiés et des cadets et famille, attirés par les services de la Compagnie, par les guerre de l’Inde ou par l’espoir d’une vie plus agréable, viennent grossir la population de l’île. En 1721, sur les ordres du gouverneur de Bourbon, un certain nombre de soldats et de colons prennent, au nom du Roi de France, possession de l’île Maurice, à 200 km à l’est de Bourbon. Maurice, abandonnée par les Hollandais en 1712, devient donc l’île de France, et le restera jusqu’en 1810, date à laquelle elle sera conquise par les Anglais.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×