un relief volcanique

L’île est essentiellement d’origine volcanique. La construction s’est faite à partie d’une fissure de l’écorce terrestre, au fond de l’océan Indien, à 4 500 m environ. Des éruptions, suiffisamment importantes et rapprochées, ont créé un empliement de laves sous-marines, uen sorte de grand cône qui a dépassé le niveau de la mer, il y a 3 ou 4 millions d’années. L’île se présentait alors comme une coupole aplatie. À partir de ce substratum, 2 édifices ont été construits.

Le plus ancien est celui du Piton-des-Neiges, au nord-ouest de l’île. Les éruptions remontent à 2,5 millions d’années et se sont poursuivies d’une manière discontinue, pour donner le massif le plus imposant et le plus élevé. Le volcanisme y est éteint depuis 70 000 ans environ. La construction du massif de la Fournaise, au sud-est de l’île, a démarré il y a 350 000 ans, avant l’extinction du Piton-des-Neiges. Le volcanisme y est encore actif (dernières coulées en 1972), mais limité à un espace géographique resterint, le caldeira de l’Enclos.

Le relief de la Réunion est celui de 2 grands cônes accolés. Le Piton-des-Neiges culmine à 3 069 m, la Fournaise à 2 631 m. Les 2 massifs sont reliés par un ensellement formé de hauts plateaux, celui de la plaine des Palmistes et celui de la plaine des Cafres.

L’érosion a considérablement attaqué le massif du Piton-des-Neiges dont les pentes sont burinées par des 100aines de ravines. Utilisant parfois des faiblesses de structure, elle a créé 4 grands amphithéâtres, tout autour du culot volcanique central où se trouvent les points culminants de l’île : ce sont les cirques de Cilaos, Mafate, Salazie et Bébour. Ce dernier va disparaître, ennoyés par les dernières coulées du Piton-des-Neiges. Ailleurs, les torrents les plus puissants ont créé des gorges profondes qui se terminent souvent en « bout-du-monde ». Le plus bel exemple est celui du Chaudron, à proximité de Saint-Denis, dans le nord de l’île.

Le massif du Piton-des-Neiges a maintenant un relief ordonné d’une manière assez simple. Au centre, un bastion offre les points culminants de la Réunion : le Gros-Morne, les Salazes et le Piton-des-Neiges. Il est limité presque partout par des parois verticales et flanqué par les cirques selon une disposition en feuille de trèfle : au sud,Cilaos au nord-ouest, Mafate, au nord-est, Salazie. Au-delà commencent les grandes planèzes, à pente régulière, entre 8 et 12°, limitées nettement par les gorges des grands torrents : à l’ouest, la planèze du Grand-Bénard, au nord celles de la Montagne et de la Roche-Écrite, au nord-est celle des fougères, à l’est celle du Mazerin.

Le relief du massif de la Fournaise est plus récent, moins évolué. La partie encore active est une caldeira en forme de fer à cheval, limitée par des falaises, et ouverte sur l’océan. Les points culminants de la Fournaise sont des cratères sécants, Bory et le Dolomieu. Ailleurs, le coulées grises et noires, les nombreux adventifs l’absence de végétation, le silence, donnent à l’Enclos un aspect lunaire.

À l’ouest, l’Enclos est flanqué d’une 2e caldeira d’effondrement, dont le fond est occupé par la plaine des Sables (en fait, des lapilli). Accolés, des remparts vertigineux marquent la limite de l’érosion régressive de 3 grands torrents qui ont profondément incisé le massif de la Fournaise. Plus à l’ouest encore, les coulées au pendage régulier, parfois dominées par de petits puys adventifs éteints, sont descendues, en direction de la mer, jusqu’aux pieds du massif du Piton-des-Neiges.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site