de Sainte-Suzanne à la possession

Le paysage du nord présente au voyageur arrivant à l’aérodrome de Gillot, des formes douces et profondément marquée par l’empreinte de l’homme, et du sommet de la Roche-Écrite à plus de 2 200 m, les planèzes descendent mollement vers la mer. La rivière Saint-Denis détache nettement le vieux massif de la Montagne de la planèze du Brûlé et celle des Fougères.

Du sommet des planèzes au front de mer, les différences d’altitude sont soulignées par l’étagement de la végétation. Au-dessus de 1 200 m environ, c’est le domaine de l’Office national des forêts. Il entretient les différents sentiers qui permettent de gagner, en quelques heures de marche, des points de vues remarquables. Il a construit des gîtes pour accueillir les promeneurs. Il a mis en valeur certaines portions de forêt hygrophile. Dans d’autres secteurs, il a fait disparaître des portions de forêt inutiles pour implanter des espèces nouvelles comme le « cryptomeria du Japon ».

À mi-pente, les cultures et les habitations ont fait reculer la végétation originelle, à partir des axes de pénétration que sont les routes de la Montagne, du Brûlé, de Saint-François. Quittant les zones littorales, chaudes et moites en été, l’homme a essaimé son habitat le long des versants. Jadis, les villages de la Montagne, du Brûlé, de Saint-François, étaient assez nettement localisés. Actuellement, du Brûlé à Saint-Denis, il y a presque continuité dans l’habitat. Les bords du massif de la Montagne qui dominent le chef-lieu sont maintenant totalement utilisés et les habitants des villas y jouissent d’un splendide panorama et d’un air plus frais.

Il en est de même sur le littoral. De la Montagne à la ville de Sainte-Marie, les premiers cadres urbains ont littéralement explosé. Saint-Denis apparaît comme une agglomération polynucléaire. Quelqu’un ayant quitté l’île, il y a 20 ans, et y revenant aujourd’hui, s’y perdrait presque certainement, en dehors de la vieille ville coloniale. De Saint-Denis à Sainte-Marie, les maisons, souvent entourées de petites cours fleuries, disputent la place aux cultures maraîchères et fruitières, ainsi qu’à la canne à sucre.

En effet, de la rivière des pluies à Sainte-suzanne, toutes les pentes sont consacrées à la monoculture de la canne. C’est la région des grandes plantations, héritage d’un passé colonial proche. De magnifiques vieilles demeures créoles sont perdues ça et là au milieu d’un océan de verdure. Elles communiquent avec la route nationale par des allées anciennes, soulignées dans le paysage par une double rangée de cocotiers.

Le littoral nord est peu varié. Des sables, des graviers et des galets ont été drainés jusqu’à la côte par les crues des torrents. Les vagues ont roulé sans cesse ces alluvions leur donnant un poli agréable et le courant marin les a entraînées en direction de l’ouest. Partout le rivage est fait d’une page de galets que la mer entrechoque dans un bruit caractéristique. Nul récif frangeant, nulle plage de sable fin dans cette région : la mer n’attire pas les estivants dans le nord de la Réunion.

Immédiatement à l’ouest de Saint-Denis se dressent les contreforts de la Montagne. Ce vieux massif, le plus ancien de l’île, domine le chef-lieu et la mer par une falaise. Longtemps, il a été une barrière aux communications entre le nord et l’ouest de l’île. Contourner l’obstacle n’était pas facile : entre Saint-Denis et le village de la Possession fonctionnait jadis un service de chaloupes, lequel a dû être interrompu à cause des abord difficiles de la côte. Il a fallu se résoudre à franchir l’obstacle : une route en corniche, au flanc de la falaise, demandait trop d’investissements, et la colonie ne pouvait pas supporter de tels frais. La solution retenue fut celle de la création de la route, longue de 32 km, qui traverse le massif entre 400 et 600 m d’altitude. La route commence par de larges lacets qui permettent de découvrir un vaste panorama, de Saint-Denis jusqu’à Sainte-Suzanne. Puis elle serpente à mi-pente est ensuite assez douce, et bientôt se découvre le panorama de la côte ouest, avec la Possession, le port de la Pointe-des-Galets et la Baie de Saint-Paul.

Seule voie de communication entre le port, qui recevait tout le ravitaillement de l’île, et le chef-lieu, cette route est vite apparue insuffisante. Elle fut doublée par une voie de chemin de fer, pour laquelle il a été nécessaire de creuser un tunnel de plus de 10 km de long, qui était à son époque le 3e en dimension, après ceux du Saint-Gothard et de Fréjus. Ce tunnel fut achevé en 1881. Depuis la départementalisation, la plus grande facilité d’obtenir des crédits de la métropole, ajoutée à l’essor économique, ont fait qu’un projet de route en corniche est revenu au 1er plan de l’actualité. Plusieurs projets s’opposaient, et celui qui fut retenu proposait la création d’une route au bas de la falaise, à quelques mètres au-dessus du niveau de la mer. Cette route, terminée en 1963, a fait la preuve de son utilité, mais aussi celle de ses dangers au moment des grosses pluies . il a donc été décidé d’en faire une autoroute à 4 voies, en gagnant sur la mer, de telle sorte que les dangers d’éboulement de la falaise soient écartés. Ces travaux sont en voie d’achèvement. L’autoroute commence à modifier, pour une bonne part, le comportement de la population amassée à Saint-Denis, soit le 5e de la population réunionnaise. Des villes comme la Possession sont maintenant à ¼ d’heure de Saint-Denis et déjà beaucoup de travailleurs du chef-lieu s’y sont installés, car ils jouissent d’un environnement plus favorable. La route permet également à la population réunionnaise un accès facile vers les stations balnéaires de l’Ouest, vers Saint-Gilles en particulier. Elle a coûté très cher, mais elle a permis un rapprochement important entre les 2 régions complémentaires que sont le nord et l’ouest de la Réunion.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site