les difficultés du présent

Restent les quartiers misérables, qui ont survécu à la lutte officielle et active contre les bidonvilles, logis de tôles et d bouts de planches, surgissant là où d’autres avaient disparu , et cela parce que rural continue et que le nombre de logements neufs et fonctionnels sont insuffisants.

La ville actuellement est aux prises avec un certain nombre de questions difficiles à résoudre. La place commence à manquer et le prix du mètre carré de terrain connaît une hausse vertigineuse. Le trafic urbain devient complexe : certaines rues ne peuvent plus répondre aux besoins actuels de la circulation. Les jeunes sont plus de la moitié de la population, d’où un besoin d’écoles en tout genre, un besoin d’infrastructure de loisirs, etc. Incontestablement, Saint-Denis vit une époque de transition : après un gonflement rapide de sa population, une certaine stabilisation est souhaitée par les responsables, qui ont tendance à dévier le flux des arrivants vers d’autres centres urbains secondaires. Un moment de répit semble nécessaire pour que la ville s’adapte à sa nouvelle situation, pour qu’elle réussisse une synthèse heureuse entre son passé et son présent.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site